C’est déjà un très vieil homme qui garde auprès de lui Johann Peter Eckermann, un jeune poète, sans grand talent, mais dont le principal mérite, aux yeux du vieux Goethe (et de la postérité), est d’être un des plus fidèles magnétophones de l’Histoire. Pendant neuf ans, Eckermann va recueillir les paroles de son dieu, dont l’âge n’émousse pas le génie ni ne ralentit la parole : «Hiver et été semblaient toujours se combattre en lui, dit Eckermann, mais ce qui était admirable, c’était de voir chez ce vieillard la jeunesse prendre toujours le dessus.»